samedi, 12 mai 2007

accession à la propriété: faites ce que je dis, pas ce que je fais?

La publication du patrimoine de N. Sarkozy, constitué pour l'essentiel de placements financiers et de parts dans une société d'avocat, me frappe par un aspect singulier: après avoir fait de  l'accession de tous les Français à la propriété un thème fort de sa campagne, il s'avère que lui même n'est pas propriétaire.

 

Commentaires

Du moins pas propriétaire immobilier. Mais il est propriétaire d'une Austin... mini !

Écrit par : PO Caille | samedi, 12 mai 2007

c'est cela la politique des Haut de seine!!

Écrit par : victoire11 | dimanche, 13 mai 2007

C'est contradictoire en effet, surtout quand on a pu entendre que Nicolas Sarkozy possédait son appartement de Neuilly (sans parler de l'appartement vendu du IVème arrondissement...)

Mais ne peut-on pas relever à l'infini les décalages qui existent entre discours politique et pratique personnelle ?

Sans aucunement soutenir a priori le discours de Sarkozy (j'aurais d'ailleurs quelques préventions sur les conséquences de ses propositions), il faut comprendre la logique de ce discours d'accession à la propriété. Elle est ancrée dans la sociologie politique française depuis la Révolution française, au travers de l'expression de "République de petits propriétaires" (Saint-Just).
L'engouement pour l'immobilier, notable depuis la fin des années 90 et singulièrement depuis l'expansionnisme monétaire et la détente des taux d'intérêt (et malgré le resserrement monétaire relatif depuis 2005/2006) ainsi que via les facilités de crédit proposées par les organismes bancaires (allongement des durées d'emprunt notamment) soulignent bien cette forte aspiration d'accession à la propriété.
Ses mesures en matière immobilière (défiscalisation des intérêts d'emprunt pour citer une mesure que j'ai en tête) ne font que traduire et amplifier cette aspiration.

Écrit par : George | dimanche, 13 mai 2007

S'il n'est pas propriétaire en ce moment, il l' a été et peut sans problème le redevenir. Pourquoi se baser sur la situation à un moment T, quand il faudrait surtout avoir une vision du comportement sur la durée.

Pour quelqu'un de votre niveau, je suis un peu déçu de la faiblesse des arguments au soutien de l'anti sarkozysme :)))

Écrit par : authueil | dimanche, 13 mai 2007

> "il s'avère que lui même n'est pas propriétaire."
Justement, il veut le devenir !

Et puis si on regarde les choses sous cet angle, Hollande et Royal ne sont pas pauvres - et pourtant - il font semblant de l'être et se veulent proches du peuple...

Écrit par : Jules | dimanche, 13 mai 2007

Authueil: pour quelqu'un de votre niveau, je suis surpris que vous puissiez voir dans ce court billet une critique anti-sarko ;).
Pour être à moitié sérieux 2 secondes, ceci montre quand même que l'objectif d'être propriétaire n'est pas une aspiration absolue et que si NS nous a dit (conf de presse du 2 avril 07) que "la propriété est la première des sécurités", en réalité il nous démontre que mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade, la structure du patrimoine important peu...
Ce n'est pas bien méchant, mais ça ne justifie pas une orientation de politique publique comme celle qu'il entend mettre en oeuvre.

Écrit par : Silas | dimanche, 13 mai 2007

Une simple remarque à l'endroit de Jules

Hollande et Royal ne sont pas pauvres, et leur patrimoine doit être sensiblement identique, sinon que leur patrimoine immobilier est un peu plus conséquent, et que l'ex-candidate a une Scénic, non une Austin Mini.

Mais en revanche, je ne vois pas en quoi Ségolène Royal donne l'illusion d'être pauvre, pas plus, d'ailleurs, qu'Hollande. Les gens sont capables de comprendre que les tailleurs de Ségolène ne sont pas à la portée de toutes les bourses (et c'est même pas une contrepèterie..). Et en fait de proximité avec le peuple, j'avais cru comprendre que c'est Sarko qui en avait, puisque toute pro-patricienne que soit sa politique, il a bien réussi à avoir le consentement de la plèbe, qui se lève tôt et veut travailler plus pour gagner plus.

Je ne vois donc nulle illusion en matière patrimoniale. Et Besancenot lui-même doit payer pas mal d'impôts...

Notons que l'essentiel du patrimoine de Sarko est dans un PEL, et qu'il n'a déclaré aucune action... Déjà, il arrive à convenablement gérer son porte-monnaie, c'est plutôt une bonne chose. Maintenant, faudra voir la différence au terme de son quinquennat.

Écrit par : erasoft | lundi, 14 mai 2007

La structure du patrimoine importe effectivement peu quand on est riche et bien portant.

En revanche, si on est pauvre (et bien portant aussi), mieux vaut être propriétaire que locataire, ne serait-ce que pour l'effet de levier du crédit et la prévoyance que constitue l'assurance-décès-invalidité sur le crédit.

Je me permets de signaler une contribution sur ce sujet de l'acquisition de la résidence principale :

http://www.deniscastel.fr/index.php?title=faut_il_louer_sa_residence_principale_qu&more=1&c=1&tb=1&pb=1

Écrit par : Denis Castel | lundi, 14 mai 2007

Écrire un commentaire